jeudi 10 août 2017

Le dilemme des vacances

Quand j'ai lu le sujet du #10dumois d'Egalimère je me suis demandée ce que j'allais pouvoir dire .
J'ai fermé l'ordinateur et j'ai laissé faire.
Ce matin j'avais mon texte!

Le dilemme des vacances est multiple chez nous :
- Partir ou rester ?
- En France ou à l'étranger ?
- Du farniente ou travaux repoussés toute l'année ?
- En famille ou en amoureux ?
- etc.

L'homme est assez casanier dans l'âme ! Ne pas bouger de son "home sweet home" ne lui pose aucun problème !
Je suis plutôt bougeonne !  Des vacances à la maison ça me paraît toujours un peu bizarre !
Alors souvent on coupe la poire en deux :
- une semaine à la maison
- une semaine en vadrouille
Si ce sont de petites vacances, on part 2 ou 3 jours.

Pour le moment nous ne sommes jamais partis pour un long périple à l'étranger. Je rêve du Canada, de l'ile de la Réunion ou de Bali ... Ce sera pour plus tard quand la petite #Valkyrie pourra voyager et supporter le décalage horaire ! J'ai donné avec le #Petitprince au Canada, il avait 18 mois... 5 jours pour le caler à l'aller, la même au retour... Dur, dur... même si ce fut un magnifique voyage !

Avec l'homme nous avons pris l'habitude de petites escapades dans les capitales européennes : Bruxelles, Londres, Rome, ... Le temps d'un long week-end, nous partons en amoureux. Ressourçant et précieux pour notre couple ! Car le reste de l'année nous nous croisons plus que nous nous voyons de par son taf aux horaires décalés.

Quant au farniente... quand on est à la maison, je ne sais pas me poser ! J'ai toujours un truc à faire ! Cette année surtout !  Je veux anticiper l'arrivée de la valkyrie et j'en profite pour finir les travaux que nous n'avons pas eu le temps de faire avant d'emménager : wc, couloir, changement des portes, fermeture du bureau qui va devenir notre chambre...

Cette année, ce sera travaux en août et Bretagne une semaine, en famille et avec un ami de l'homme. Le Festival Interceltique de Lorient nous tentait bien ! Et nous y sommes au moment où j'écris ces lignes...
Le #Petitprince kiffe la cornemuse, l'Homme adore le "haggis" et moi j'aime me balader au gré des quais, à la rencontre des toutes ses nations et de la culture celtique.

Bref, pour 2017, le dilemme a été résolu...

Et vous ? Quel est votre dilemme de vacances ?

mardi 1 août 2017

Du nouveau dans le Royaume du Petit Prince...

Naissance oblige, un réaménagement complet de notre espace s'imposait.

Alors j'ai profité des 3 semaines de vacances du Petit Prince chez son père pour repenser sa chambre, en même temps que le reste de l'appart. Elle n'accueillera pas la petite sœur, mais il fallait la faire évoluer et désemcombrer.

Étape 1 : trier ce qui était pour la poubelle.
Le Petit Prince est un collectionneur dans l'âme (merci papa... mon père était un collectionneur invétéré), il garde tout : les boites de Lego vides, les dessins, les autocollants, les emballages de ses chaussures, les coloriages faits et finis... mais aussi ses jouets cassés (bakugan, jouets Kinder, jouets Quick, épées, arcs, ...)

Bref j'ai vidé deux sacs énormes de cartons et papiers recyclables.
Plus deux sacs poubelles de choses non recyclables !

Étape 2 : trier dans les jouets et les livres : ce qu'il utilise encore (Playmobil, Lego, toupies Beyblade, épées, boucliers, sabres lasers...) et ce qu'il n'utilise plus (coloriages, garage Cars, petites voitures, jouets Buzz l'éclair ...).
Ma sœur prenant une classe de maternelle "petits et moyens" à la rentrée... j'ai fait des heureux!
Pour les livres, j'ai mis de côté pour bébé n°2 les Choupi, les livres cartonnés (ses préférés étaient toujours dans sa chambre), les histoires du soir etc.
Et j'ai rangé les livres qu'il gardait par taille et âge.

Étape 3 : aménager la chambre pour s'adapter à son âge.
Il avait besoin d'un bureau (et donc d'un fauteuil et d'une lampe) et comme il lit de plus en plus, d'un coin confortable pour lire.
Il avait aussi lorgné sur un tapis bleu vif lors de notre dernière visite chez Ikéa.
J'ai donc mis à profit les journées, pour parfaire l'organisation de sa chambre !

Le bureau : récupéré chez une amie de ma sœur qui s'en débarrassait. Il est petit et ne le suivra pas jusqu'au lycée, mais pour commencer ça allait.

La chaise : neuve et à roulettes (comme les nôtres) pour pouvoir faire le grand. Mais en vert !


Le tapis : j'ai pris celui qu'il voulait !

Le coin lecture : j'ai un lit d'appoint une place, quand les copains viennent dormir. J'ai enlevé le sommier, mis le matelas sous son lit (qui est haut) pour faire une banquette.
Comme j'ai changé les oreillers dans tous les lits de la maison, j'ai passé les anciens à la machine et avec quelques housses de couleurs, fait des gros coussins pour ma banquette improvisée.

Touche personnelle, comme je n'étais pas trop sure de l'accueil de mon grand ménage, j'ai mis au mur un poster de comics et j'ai recyclé notre ancien lampadaire de salon (j'en ai acheté un neuf depuis plusieurs mois, non mis en service)... en lampe de bureau et boule à facette (ampoule qui tourne, effet garanti).


Bref... ce soir, quand il est arrivé...
Je l'ai amené dans sa chambre, les yeux fermés, avec un maximum de suspens.
J'avais affiché un grand sourire, mais je n'en menais pas large, connaissant mon loulou et son sens de la possession...

Et là... miracle : il était bluffé ! Des étoiles plein les yeux.
Du tapis, de la boule à facette (son grand kif depuis 2 ans), du poster ou de la chaise à roulettes... je ne sais pas ce qu'il a préféré.
Mais une chose est sure, c'est qu'il a répété plusieurs fois "c'est chouette, merci maman, merci maman, trop bien".
J'ai été payé de mes longues heures de tri ! Son sourire valait bien plus !
Il reste un point en suspens... quid des différents dragons, chevaux, dinosaures, engins ninjago en Lego ?

Et vous ? Vacances actives ? Tri au programme ? Racontez moi !



Génèse d'un surnom

Photo (c) David Meyer Photographe
Dans ma famille, on a tous des surnoms...
Ma mère c'était Marinette, Muttie ou encore l'Armée rouge (c'est vous dire sa grande douceur et son asbence totale d'autorité)...
Mon père c'était Roro ou le Rond-bert...
Ma sœur ainée, qui était une grande pourvoyeuse de surnom, c'est l'extra-lucide ou Tata "Aouh !".
Pour ma petite sœur c'est le plus souvent Totie.
Et moi j'en ai de nombreux aussi... Parmi lesquels Tatie ou Luchon.

J'ai toujours aimé donner de doux noms à fils adoré.
Quand j'étais enceinte, très vite Marcel/le (prénom unisexe) s'est imposé. C'était l'opération Marcel/le. A tel point que certains amis pensaient qu'on l’appellerait ainsi !
Depuis il en a d'autres, notamment "Léon de Lyon"... le "roi Soleil" (quand il veut prendre toute la place) ou plus simplement, ici le Petit Prince !

Pour la petite que je porte ça a été plus compliqué !
Au début outre les classiques "la crevette" et autre "Bibouchon"... L'inspiration n'y était pas.

Et puis au fil des jours et des mouvements de la demoiselle dans mon bidon, un profil de surnom s'est imposé.
Il faut savoir que la jolie demoiselle ne supporte aucune pression sur son habitacle. Le moindre nœud de ficelle de pantalon de grossesse ou la moindre ceinture élastiquée se voit gratifier de coups furieux, jusqu'à ce que sa mère écarte l'importun !
Même mes cuisses l'agacent. Si je suis assise, je dois me tenir jambes écartées (la classe ...) sous peine de me voir rouée de coups de l'intérieur.
On est donc passé par la phase "la petite barbare" ou la "petite viking"!

Un surnom mérité amplement suite à un exploit de notre fœtus de 5 mois... Elle a viré le monitoring qui me serrait le ventre lors d'un contrôle de la tension. L'appareil s'est mis à sonner, les sages-femmes du service sont arrivées en me demandant ce que j'avais fait.
Moi ? RIEN ! J'étais saucissonnée sur la table, le bras attaché à un tensiomètre.
Par contre la petite avait mis des coups jusqu'à déplacer l'élastique qui ceinturait mon ventre !
Quand elles ont compris, elles ont éclaté de rire et m'ont débarrassé du monitoring, qui n'était pas indispensable à ce terme de grossesse.

Et puis depuis quelques semaines, elle s'est mise à explorer la cavité interne. J'ai comme la sensation qu'elle "s'accroche" à la paroi utérine pour grimper le long de ses mains et de ses peids. Je la sens prendre appui pour faire le tour.

Assez bizarre comme sensation !

Ce qui a valu ce commentaire d'un copain de JDR à qui je racontais cela : "fait gaffe, si ça se trouve elle va faire comme les valkyries, naitre avec sa monture !"

Le mot était lâché : la valkyrie !
Et adopté dans la foulée... ça lui va comme un gant ! Et l'homme étant un grand connaisseur du panthéon nordique, il adore !
Depuis nous l’appelons "notre petit walkyrie".

Et vous ? Un surnom à vos futurs bébés ?

lundi 10 juillet 2017

Envie d'ailleurs... #10dumois

Le rendez-vous de juillet est vaste...
Envie d'ailleurs...

J'ai longtemps été mal là où j'étais...
Depuis mon déracinement enfant (j'ai vécu une petite enfance exotique à l'Ile de la Réunion), j'ai eu du mal à me sentir chez moi dans les différents lieux où j'ai vécu.
Le Jura était froid et plutôt inhospitalier pour la petite fille qui aimait vivre en culotte et pieds nus...
Je me suis acclimatée doucement, en gardant la conviction que je n'étais pas de là.

Besançon, ma ville d'étudiante, m'a apporté de bons souvenirs, mais je ne m'y sentais pas à l'aise non plus.

Lyon a mis du temps à devenir ma ville.
En 2003-2004, années de tous les changements je rêvais d'ailleurs... Et ailleurs avait un nom : Québec.
J'ai essayé de partir, fait une première réunion de candidats à l'expatriation...
Et puis finalement, j'ai trouvé un job à Lyon et je suis restée.
Puis j'ai eu le Petit Prince, jai épousé son père et notre voyage de noces nous a emmené dans ce Québec fantasmé.
J'ai adoré Montréal, j'ai détesté la ville de Québec (bon j'ai surtout eu un dispute homérique au pied des remparts avec mon ex-mari). J'ai aimé la campagne, le St Laurent, les lacs, les routes immenses...
Mais je suis rentrée à Lyon sans trop de regrets.
Depuis ma séparation, la garde alternée m'a durablement installé dans cette ville de Lyon.

Alors aujourd'hui, ai-je encore envie d'ailleurs ?
Oui parfois je lorgne avec gourmandise sur le littoral français.
La mer me manque.
Quand je dis la mer, je ne trie pas océan ou mer.
Pour moi ça a longtemps eu peu d'importance...
Et puis j'ai connu l'Ile d'Oléron !
Coup de foudre !
Alors oui, parfois je rêve d'aller m'installer là-bas. Une petite maison basse, le vélo, l'air marin qui balaie la côté, la plage immense, l'odeur...
(c) Pixabay - Ile d'Oléron
Quand j'arrive à Marennes, juste avant le pont, souvent je pleure.
Trop d'émotions...
Peut être, plus tard, à la retraite... (si jamais on en a une)

Et vous ? Envie d'ailleurs ?



dimanche 9 juillet 2017

Déjà 6 mois... déjà !

6 mois que j'attends !
6 mois que nous t'attendons !
(c) David Meyer Photographe - https://www.facebook.com/David.Meyer.Photographe/

3 mois d'angoisse
Suivi de 3 mois de joie, d'espoir, d'attente allègre, de jeu d'imagination, de recherche de prénom...

Nous savons maintenant que c'est une petite princesse qui nous rejoindra en octobre.
Une fille...
J'avoue que j'ai été ébranlée 24h par cette information.
Moi qui avait tant voulu une fille lors de ma première grossesse, soudain j'étais déstabilisée.
Et puis voilà, je suis tellement contente maintenant, une fille à qui transmettre mes combats féministes, une fille à faire grandir, à rendre fière d'être une fille !
Je te veux heureuse de ton sexe, j'ai tellement bataillé moi avec cette identité féminine !

Et puis maintenant ... dernière ligne droite.
Préparation à l'accouchement, yoga, sophrologie, écriture du projet de naissance, préparation de la chambre, lavage de la layette qui me reste de ton frère, récupération des éléments qui manquent : lit, table à langer, cocon, parc...

Bref, le temps de la rêverie s'achève ! Il est temps de passer au concret : préparer ton arrivée ma jolie princesse et te trouver un surnom pour parler de toi bientôt, ici !!
(c) Pixabay



Un anniversaire de super héros

"Etre né en décembre, c'est la loose" vous dirait le Petit Prince.
Surtout le 19, date à laquelle tout le monde pense aux vacances et à rejoindre sa famille aux quatre coins de la France.
Alors cette année encore le Petit Prince a voulu plutôt fêter son "demi-anniversaire" en juin avec les copains.
En raison du concours fin juin, la fête s'est déroulée dimanche 2 juillet.

Je dois commencer par remercier le blog Allomamandodo qui m'a permis de préparer ce bel anniversaire en un temps record... J'ai beaucoup pillé ! Merci, merci, merci à elle !!

Nous avons cette année fait une thématique "super héros"... Avec une invitation qui donnait la couleur et le thème !J'ai téléchargé des polices comics gratuites, histoire de rendre l'invitation plus "comics".

Ensuite, je me suis inspirée de ce que proposait le blog Allomamandodo pour la décoration. J'ai pu récupérer des petits drapeaux, des décos pour les pailles, les gobelets....

Je n'ai pas eu le temps de faire un décor comme elle l'avait fait, mais la table rendait bien ! J'avais trouvé des serviettes avengers et il me restait des assiettes Spiderman de ses 7 ans (oui oui je suis une conservatrice !!).


Ensuite, j'ai préparé des animations... Et là je me suis éclatée !
Trois épreuves pour les super héros !
- La Veuve noire... passez la toile de rayons lasers
- Hulk : plonger ses mains dans des seaux, yeux bandés et garder son calme
- Hawkeye : tirer à l'arc comme un héros

La Veuve noire... passez la toile de rayons lasers
Il suffit de choisir des arbres assez rapprochés et de tendre des rubans entrecroisés. Les enfants doivent passer dessus, dessous, sans toucher les fils.
A court de rubans, j'ai utilisé de la ficelle de cuisine, signalés par des petits rubans (c'est moins visible). j'ai fait un tabac avec cette épreuve !



Hulk : plonger ses mains dans des seaux, yeux bandés et garder son calme
Mes apprentis héros aveuglés ont dû plonger leur menotte dans un seau de terre de bruyère, des spaghettis tièdes et huileuses (effet beurk) et dans un seau de pommes de pain.
On peut également mettre des plumets d'ananas (effet qui pique sans faire mal).

Hawkeye : tirer à l'arc comme un héros
Ils ont adoré tirer à l'arc ! Merci Décathlon !! Leur arc à ventouse est top, pas dangereux.

Au début j'avais envisagé un combat avec des nerfs, mais c'est plus touchy (lunettes de plastiques obligatoires).

Nous avons ensuite fait le goûter des super héros : fraises, bonbons et gâteau maison au chocolat. J'avais prévu une déco Batman avec pâte à sucre jaune, mais je n'ai pas eu le temps, alors on s'est contenté d'un glaçage chocolat. Ils se sont régalés. J'avais à peine fini de servir la première tournée que déjà les assiettes se tendaient pour une deuxième part ! Les supers héros de 9 ans... ça mange !


Et pour finir, un atelier "je colorie mon maque de super héros". Histoire de les calmer un peu après toute cette agitation !! J'en ai un peu bavé pour trouver des gabarits de loups. J'ai donc fait des bidouillages à partir de divers sources...

Si vous voulez les récupérer pour un anniversaire, contactez moi !

Un petit cadeau a été remis à chaque participant : sac de bonbons (têtes brûlées, sucettes, carambar, petits sachets haribo) et comme cadeau un pochette lego mini-figure.

Et vous, que faites vous pour les fêtes d'anniversaire ?



samedi 10 juin 2017

Voyages, voyages... #10dumois

Ce mois-ci le rendez-vous nous donne des envies de voyages... Je vous propose un rapide compte-rendu de notre petite escapade à Bruges.

Une de mes meilleures amies rêvait depuis longtemps de Bruges, nous sommes donc parties ensemble !
Une jolie destination, à deux pas de la France, et à quelques heures de train !
Depuis Lyon, j'avoue que la destination n'est pas très facilement atteignable, mais ça se mérite, Bruges !
Pas d'avion direct, et le train a un changement à Bruxelles.

Une fois arrivées...  
Arrivées à la mi-journée, nous avons choisi d'explorer le centre.  Que de beautés ! A quelques pas de la gare, le clos du lac Minnewater.
Minnewater
Un peu plus loin la Grand Place et son magnifique beffroi.
Grand Place
Beffroi
Et évidemment, nous avons fait une pause gourmande Chez Albert

Le soir, nous avons dîné dans une brasserie sympathique le Gran Kaffe Passage, qui servait de vraies frites belges à la graisse de bœuf ! Une bonne adresse, bondée (il faut réserver), mais très très sympa !

Le deuxième jour, nous avons visité l'hôpital St Jean et son somptueux cloitre.
Cloitre Hôpital St Jean
Statue - Cloitre hôpital St Jean

Statue Hopital St Jean
Façade de l'apothicairerie
En face l'église Notre-Dame (Onze-Lieve-Vrouwewerk) : on y trouve la madone de Michel Ange et deux magnifiques mausolées de Marie de Bourgogne et de son père Charles le Téméraire
Lion au pied du gisant
Détail de la grille du mausolée
Et nous avons monté les 366 marches du beffroi (attention nombre de visiteurs limité, il faut prévoir un bon moment d'attente). Les cloches sont impressionnantes et la vue somptueuse !
Mécanisme du carillon

Une des cloches

















 
Vue du beffroi
Une jolie journée de balade. Épuisante, mais entrecoupée d'une pause à la brasserie du musée de la bière : De Halve Man, où nous avons pu déguster des plats typiques (carbonnade, vol au vent) et ma copine a pu déguster des bières brassées par eux : la Straffe Hendrick.

Le troisième jour a débuté avec une petite promenade sur le canal. Un incontournable, qui vaut vraiment, vraiment le coup ! Une manière de voir la ville très différente...

Nous nous sommes offerts une douceur, au bord du canal...

Avant de reprendre notre balade vers un autre quartier... Jan Van Eyck Square et quelques autres places...

Bref, allez à Bruges, pas une seule journée, mais prenez le temps de vous promener, de musarder, d'explorer les places, de manger des chocolats, de boire des bières, de lire dans le parc du Minnewater...

Etes-vous déjà allé à Bruges ? Racontez moi !